Amérique du Nord

  • Autour du québécois vargassien : entrevue avec Yasmina Melaouah

    Cristina Brancaglion

    Lisez l'article

    Fred Vargas a suscité un vif débat en mettant en scène, dans le roman Sous les vents de Neptune (2004), des personnages québécois caractérisés par un recours régulier aux particularités locales. Nous allons retracer ici la polémique que ce roman, et son accueil enthousiaste de la part des Français, ont suscité au Québec, pour offrir ensuite un regard externe sur la question à travers une entrevue avec la traductrice italienne, Yasmina Melaouah. L’objectif sera celui de comprendre comment elle a interprété cet aspect du roman, mais aussi de saisir ses stratégies de transposition du québécois et d’apprécier la façon dont elles ont été reçues par le public italien.

    DOI: 10.17457/IF8_2017/BRA

  • Avant-propos : traduction au Québec, Québec en traduction

    Paola Puccini, Fabio Regattin

    Lisez l'article

    Terre de traduction, terre traduite : l’originalité du rapport québécois à la traduction ne semble pas pouvoir être mise en doute, ce qui autorise à consacrer un numéro d'Interfrancophonies à cette jonction. Le volume recueille une série de contributions qui relient la Belle Province à la traduction – à l’intérieur, évidemment, du domaine d’élection de la revue, la littérature, à entendre ici dans le sens quelque peu élargi de fiction (ce qui nous permettra d’élargir notre réflexion au théâtre ou encore à la bande dessinée). Le regard porté sur les rapports qui relient les notions de Québec et de traduction est double, à la fois interne («terre de traduction») et externe («terre traduite») ; quant aux approches adoptées, elles sont multiples, et touchent tour à tour des aspects descriptifs, historiques, pratiques.

    DOI: 10.17457/IF8_2017/PUR

  • Avant-propos. Pistes pour la recherche de nouvelles formes de l'engagement littéraire: le cas des littératures francophones

    par Alessandro Costantini

    lisez l'article

    Traiter en général de l’engagement en littérature, ou dans une seule littérature, voire même dans un corpus homogène circonscrit et essayer d’en dresser un bilan exhaustif: aste programme ! Trop amples les territoires littéraires à arpenter, trop nombreux les ouvrages et les auteurs à prendre en considération, trop complexes et variés les objets de analyse d’abord, de la synthèse en suite. Trop grande, voire énorme, la masse de données et de travaux déjà réalisés à prendre en compte. Il reste néanmoins possible de réunir les efforts à ce sujet de quelques chercheurs, se solidarisant à partir d’un trait commun contraignant et tout en gardant chacun ses spécificités d’origine, d’intérêts, de enchants. De là l’idée de donner un aperçu, circonscrit – certes! – mais fécond, de ce que la problématique, l’exigence de l’engagement ont pu donner dans un champ culturel et littéraire marqué par une homogénéité historique et sociale forte : le champ des littératures de langue française, dans des pays et des cultures souvent assez ou fort éloignées déjà entre elles. Le résultat est ce volume comprenant des essais consacrés à des textes venant du Québec, de l’Afrique francophone sub-saharienne, du Maghreb, du Machrek et des Caraïbes (Haïti).

    DOI : 10.17457/IF7_2016/COS2

  • Francophonie et autotraduction

    Rainier Grutman
    lisez l'article 

    L’autotraduction est un phénomène beaucoup plus courant qu’on ne le croirait dans la francophonie. Il concerne des dizaines d’auteurs « francophones » au sens le plus large, c’est à dire allophones, exolingues. Sa logique est foncièrement centripète. Règle générale, le français est la langue-cible d’autotraductions faites à partir de langues (nettement) moins centrales, qui correspondent aux langues maternelles des écrivains impliqués. Cet article regroupe ces derniers en deux catégories, selon qu’ils ont publié en français après avoir déménagé en terre française (auquel cas on les appellera « migrateurs ») ou que le français fait partie de la configuration sociolinguistique de leur propre communauté (auquel cas on les dira « sédentaires »).

    Mots-clés : Autotraduction, francophonie, migrateurs, sédentaires, catégories.

    DOI: 10.17457/IF6_2015/GRU

  • Hétérolinguisme, traduction et surtitrage dans les théâtres francophones du Canada

    Louise Ladouceur

    Lisez l'article

    Bilingues par nécessité, les artistes franco-canadiens de l’Ouest investissent leurs ressources linguistiques dans la création d’un répertoire dramatique hétérolingue qui offre un défi de taille à la traduction. Contrairement à la traduction conventionnelle, qui évacue le texte source, les surtitres permettent de conserver l’hétérolinguisme de l’oeuvre originale et de la rendre accessible à différents publics. Pratiqué par des théâtres oeuvrant en contexte minoritaire, ce mode de traduction fait cohabiter le français et l’anglais dans des espaces traditionnellement consacrés à des productions culturelles de langue française, ce qui met en relief l’inégalité du rapport de force entre les langues officielles du Canada.

    DOI: 10.17457/IF8_2017/LAD

  • L'Amérique française: le fabuleux destin d'une francophonie enfouie


    par M. Grogan Lynch

  • La langue à l’intérieur de mes langues

    Gianna Patriarca
    lisez l'article 

    En réfléchissant sur son travail poétique, Patriarca souligne comment la langue anglaise, devenue sa langue maternelle, n’est pas la seule à nourrir ses émotions, ses pensées et ses idées mais il y a aussi les sons du ciociaro (sa première langue) et de l’italien. La langue de ses poèmes constitue donc la trilogie d’une langue. La traduction de certains poèmes d’une langue à l’autre, du ciociaro à l’anglais, par exemple, crée des effets particuliers qui changent la perception du lecteur et de l’auteure elle-même.
    Mots-clés : Patriarca, poésie, ciociaro, anglais, italien.

    DOI: 10.17457/IF6_2015/PAT

  • Les Cadjins de Louisiane: une survivance chantée


    par Alessia Vignoli

  • Les écrivains italo-québécois dans leur rapport à la langue et à la culture ou comment se positionner comme écrivain à part entière dans le contexte québécois


    par Jérôme Ceccon

  • Les expressions figées québécoises dans un corpus parallèle de traduction littéraire (français, italien, espagnol)

    Valeria Zotti

    Lisez l'article

    Les expressions figées sont des structures imprévisibles aux niveaux sémantique et syntaxique. Nous allons d’abord parcourir les difficultés de compréhension et de traduction qu’elles posent, en analysant les causes qui amènent les traducteurs à ne pas toujours reconnaître ces expressions, et nous allons évoquer ensuite les stratégies pour les surmonter. Nous nous concentrerons sur les spécificités des expressions québécoises, à travers l’examen d’un échantillon tiré de Qu.It, une ressource électronique intégrant un corpus monolingue associé à un corpus parallèle bilingue, une base de données lexicographiques et une archive de traductions. Nous montrerons que le recours à un outil tirant profit des progrès des nouvelles technologies peut rendre service aux traducteurs qui se mesurent à des ouvrages littéraires québécois.

    DOI: 10.17457/IF8_2017/ZOT

  • Louis Dantin, traducteur de poésie américaine

    Patricia Godbout

    Lisez l'article

    Cet article se penche sur les traductions de poèmes américains faites par Louis Dantin au fil de recensions qu’il publie dans Le Jourà la fin des années 1930 et au début des années 1940. Ces traductions sont réunies par Gabriel Nadeau sous le titre «Imitations de l’anglais» dans le recueil Poèmes d’outre-tombe (1962). Par l’entremise de ses comptes rendus d’anthologies de poésie américaine, parsemés de ses traductions de quelques vers, Dantin fait oeuvre de passeur de littérature américaine auprès du lectorat canadien-français et en profite pour faire le point, à la fin de sa vie, sur sa conception de la poésie.

    DOI: 10.17457/IF8_2017/GOD

  • L’auto-traduction selon Marc Prescott : entre la fidélité à soi et la cohérence de l’œuvre dans l’autre langue

    Louise Ladouceur
    lisez l'article 

    Après avoir présenté l’auteur dramatique franco-manitobain Marc Prescott et sa production théâtrale bilingue, l’étude se focalise sur les pièces Encore (2003) et Fort Mac (2007). L’analyse s’enrichit de l’interview à Marc Prescott qui illustre la genèse de l’œuvre auto-traduite et sur le rapport qu’entretient l’auteur avec le texte bilingue qu’il compose.

    Mots-clés : Autotraduction, théâtre, bilingue, Prescott, entrevue.

    DOI: 10.17457/IF6_2015/LAD

  • L’autotraduction comme malheureuse nécessité : le cas de La Maculée/sTain de Madeleine Blais-Dahlem

    par Paola Puccini
    lisez l'article

    Cette étude analyse l’édition de La Maculée/sTain publiée en 2012, qui contient la pièce de Madeleine Blais-Dahlem dans sa double version, l’original en français et l’autotraduction en anglais, avec des paratextes distincts. Le but est d’examiner d’abord les éléments qui indiquent un déplacement ou un mouvement de la version française à la version anglaise ; ensuite les éléments qui dessinent un mouvement contraire, de la version anglaise à la française ; enfin l’analyse approfondit l’aspect d’un nouvel espace créé par le croisement de ces deux mouvements opposés.
    Mots-clés : Autotraduction, Blais-Dahlem, Maculée, sTain, bilingue.

    DOI: 10.17457/IF6_2015/PUC2

  • Marius Barbeau et l’autotraduction : le cas du Rêve de Kamalmouk

    Patricia Godbout
    lisez l'article 

    L’article analyse le cas d’ « autotraduction » de The Downfall of Temlaham (1928) de Marius Barbeau (1883-1969), récit « semi-historique », basé sur les témoignages oraux de la tribu amérindienne des Gitksan – peuple de la rivière Skeena, en Colombie-Britannique. Dans les années trente, à Paris, Marguerite Doré en entreprend la traduction française. Au début des années 1940, Barbeau propose sa « traduction » française de Kamalmouk à Eugène Achard et ensuite, en 1943, au père Cordeau, ce qui débouche sur la publication du Rêve de Kamalmouk, en 1948. L’écriture-la réécriture de l’histoire de Kamalmouk en français permet à Barbeau de mettre son expérience ethnologique acquise dans la lointaine Colombie-Britannique en contact avec sa langue et son identité premières. L’esthétique à la base de ce projet consiste à souligner la distance entre le pas et la trace qu’il laisse, entre la voix et le sillon gravé sur le phonographe, entre la publication « originale » et la traduction, entre les notes griffonnées dans les carnets d’un jeune ethnologue canadien-français sur les bords de la Skeena, au début des années vingt, et sa reprise par l’auteur d’âge mûr.

    Mots-clés : autotraduction, ethnographie, Marius Barbeau, The Downfall of Temlaham, Rêve de Kamalmouk

    DOI: 10.17457/IF6_2015/GOD

  • Réflexivité, interdisciplinarité et interculturalité en didactique des langues-cultures étrangères


    par Agnese Moretti

  • Se traduire au quotidien

    Licia Canton
    lisez l'article

    Cette contribution, à la fois personnelle et poétique, illustre ce que signifie vivre à Montréal pour une femme d’origine italienne qui parle un dialecte vénitien (el cavarzeran), l’italien, l’anglais et le français. Habiter Montréal veut dire négocier entre les cultures et les langues au quotidien, vivre dans un monde de traduction. Le poème de Canton Chi non viene/Ceux qui ne viennent pas est présenté dans ses deux versions.
    Mots-clés : Montréal, Canton, langues, dialecte, traduction.

    DOI: 10.17457/IF6_2015/CAN

  • Théâtre et traduction, Québec-Italie : retraductions, adaptations, réécritures

    Fabio Regattin

    Lisez l'article

    Cette étude s’inscrit dans un travail de plus longue haleine, qui voudrait mener à une histoire du théâtre québécois en italien. Le texte se concentre sur les retraductions, à savoir les cas où, face à un seul texte-source, plusieurs versions-cible sont présentes. Le textes ayant donné lieu à une telle prolifération sont Les Belles-soeurs (1968) de Michel Tremblay, Le Polygraphe (1997) de Robert Lepage et Marie Brassard, et 15 secondes (1997) de François Archambault. À ces textes s’ajoutent quelques cas de réécriture partielle : des versions revues de traductions déjà publiées (il s’agit de trois textes de Michel-Marc Bouchard : Les Feluettes, 1987, Le Voyage du couronnement, 1992, et Le Chemin des passes dangereuses, 1998). L’article esquisse les raisons de ces retraductions/réécritures, en les lisant à la lumière de quelques travaux savants sur la retraduction et des pratiques – textuelles, traductives – relatives au milieu théâtral.

    DOI: 10.17457/IF8_2017/REG

     

  • Vassilis Alexakis et Nancy Huston au miroir de l’autotraduction

    Valeria Sperti
    lisez l'article

    Cet article compare la pratique autotraductive de Vassilis Alexakis avec celle de Nancy Huston. Bilingues tardifs, ils partagent le début littéraire en français et une autotraduction atypique, bidirectionnelle, contemporaine à la rédaction de l’original où l’exil, bien que choisi, joue un rôle motivationnel important. L’analyse se penche sur les asymétries psychologiques et linguistiques qui ont poussé ces deux écrivains à écrire et à s’autotraduire pour repérer la relation que leurs textes développent avec les réseaux littéraires des pays respectifs et pour mieux comprendre leur attente d’autotraducteurs. Une lecture des différences entre les titres français et les titres anglais des romans hustoniens fait ressortir un déséquilibre significatif. Quelques considérations sur les rapports entre autotraduction et réécriture dans la production de Vassilis Alexakismet en lumière un dynamisme scriptural qui est à la base de nombreuses rééditions revues par l’auteur.

    DOI: 10.17457/IF6_2015/SPE

  • « Des fois, j’ai l’impression que je te parle dans une autre langue ». Et au pire, on se mariera : le passage du Québec à la France

    Marco Modenesi

    Lisez l'article

    L'étude comparative de l'édition québécoise et de l'édition française du roman de Sophie Bienvenu Et au pire, on se mariera montre qu'on se trouve face à une singulière et inattendue opération d'autotraduction intralinguistique. L'essai s'interroge ainsi sur la nature des modifications qui entrent en jeu ainsi que sur les motivations qui justifieraient cette opération visant un aspect essentiel, le code linguistique, d'une oeuvre d'art littéraire.

    DOI: 10.17457/IF8_2017/MOD